Home Pannes Mécaniques Crash du vol Itek Air EP6895 – IRC6895 – Panne de 2...

Crash du vol Itek Air EP6895 – IRC6895 – Panne de 2 moteurs ?

226
0

Il est très difficile de traiter les accidents survenus dans certaines parties du monde parce que les informations techniques sont rarement disponibles. Au dela de la première couverture médiatique, ces accidents tombent très vite dans l’oubli et les autorités locales donnent peu ou pas de suites techniques en regard de la gravité du crash.Hier, le 24 août 2008, un crash important a eu lieu dans le Kirghizstan. Voici ce qu’on sait aujourd’hui, avec réserves:

Compagnie: 
Itek Air, Interdite de vol par l’Union Européenne (mais qui de toute manière ne vient jamais en Union Européenne).

L’Avion: 
Boeing 737-219Adv immatriculé EX-009 et fabriqué en 1979. Il est mis en ligne chez Air New Zealand sous l’immatriculation ZK-NAS. Il fait des vols loacaux et vers l’Australie pendant près de 15 ans puis il est retiré du service et reste à rouiller pendant quelques mois. Puis, comme c’est souvent le cas, comment une nouvelle vie pour lui où il ira de compagnie pauvre en compagnie plus pauvre encore. Le paradoxe aujourd’hui est que les avions vieillissant se retrouvent chez les exploitants qui sont les moins à même de faire face aux frais croissants de la maintenance. Autre aspect important, c’est l’évolution de la législation dans les pays riches qui va de facto rendre certains avions hors circuit. Ceux-ci se retrouvent naturellement dans des pays où les lois et les réglementations permettent de les faire voler encore.

Ce 737 se retrouve chez COPA, la compagnie nationale du Panama. En 2003, il descend encore une marche et il est exploité par Phœnix Aviation. Cette entreprise basée aux Emirats Arabes Unis exploite actuellement 8 Boieng 737-200 et deux transporteurs stratégiques lourds de type Ilyushin Il-76TD. Elle réalise des vols vers le Kyrgyzstan, le Pakistan et d’autres régions de l’Asie centrale. A la demande du gouvernement Britanique, Phoenix Aviation est dans la liste noire de l’Union Européenne.

En 2006, cet appareil se retrouve chez Itek Air. Cette compagnie du Kyrgyzstan vole vers la Chine, la Russie et l’Iran. Elle possède 2 appreils. Les deux sont des Boeing 737-200.

 

Itek Air - Boeing 737-200
L’avion impliqué dans l’accident date de 1979. Cette photo le montre au milieu des années 90
après sa fin de service chez sa première compagnie.
Le vol prévu:
Le vol devait relier Bishkek, la capital du Kyrgyzstan, à Téhéran, la capitale de l’Iran.
Il était réalisé pour la compagnie Iranienne Aseman Airlines d’où les deux numéros de vol.

Personnes à bord:
– 83 passagers dont 59 étranger de l’Iran (52), Kazakhstan (3), Canada (2), Chine (1), Turquie (1)
– 2 Pilotes / 4 PNC
– 1 représentant du Ministère des Transports local

Bilan:
– 65 morts confirmés
– 3 disparus présumés morts
– 18 blessés hospitalisés dont 3 dans un état grave
– 4 blessés ont reçu des soins sur les lieux du crash et sont rentrés chez eux par leurs propres moyens

Il n’y a aucun survivant parmi le personnel de la compagnie.

La météo:
Voici les METARs émis pour le terrain de départ le jour du crash. Le vent est en MPS (mètres par seconde). Il y a eu juste quelques précipitations et orages plus tôt dans la journée, mais vers la période du crash, la météo est calme.

UAFM 241600Z 16004MPS 6000 BKN166 25/07 Q1012 NOSIG
UAFM 241530Z 16003MPS 060V170 7000 BKN166 26/07 Q1012 NOSIG
UAFM 241500Z 12003MPS CAVOK 27/06 Q1012 NOSIG
UAFM 241430Z 10003MPS CAVOK 27/07 Q1012 NOSIG
UAFM 241400Z 08003MPS CAVOK 27/08 Q1012 TEMPO VRB12MPS TSRA
UAFM 241330Z 09003MPS CAVOK 29/08 Q1011 TEMPO VRB12MPS TSRA
UAFM 241300Z 36002MPS 9999 BKN066CB OVC166 31/06 Q1011 TEMPO VRB12MPS TSRA

Le crash:
On ne sait pas grand chose sur les causes. Ce qui est sûr c’est que le commandant de bord a contacté la tour de contrôle et avait commencé un retour vers le terrain. Les autorités locales parlent d’une alarme pressurisation alors que l’appareil passant les 1000 mètres de hauteur. Cette alarme avait donné lieu à la décision de revenir sur le terrain. Par contre, lors du retour, il n’est pas impossible qu’une panne moteur ou autre défaillance technique plus grave se soit déclarée. Les pilotes ont décidé d’atterrir dans un champ, mais l’appareil s’est cassé et a pris feu lors de l’impact. Le Boeing 737 n’a pas de dispositif pour se débarrasser du carburant avant un atterrissage de fortune.

Le vol était parti à 20:30 locale, donc de nuit, et il s’est écrasé à 10 Km du terrain environ. Les premiers secours ont été apportés par une base militaire US puis par les équipements locaux.

Panne de 2 moteurs ? 
D’après un survivant, l’avion était devenu totalement silencieux dans ses dernières minutes de vol. Il s’agirait peut être d’une panne de deux moteurs ce qui expliquerait pourquoi l’équipage a été obligé de poser sur un champ au lieu de rejoindre l’aéroport. Les pannes de deux moteurs sont rares. Elles viennent le plus souvent d’une cause commune comme l’erreur de maintenance ou l’erreur de la part des pilotes.

 

Itek Air - Boeing 737-200
reste de l’appareil sur le champ où il s’est écrasé. L’endroit semble avoir été bien choisi pour un
atterrissage de fortune mais l’obscurité n’a pas simplifié la manoeuvre. L’atterrissage a été trop dur provoquant la casse et puis l’incendie.
 

 

 

Itek Air - Boeing 737-200
les dégâts occasionnés par le feu sont très visibles. On reconnait les arcs de l’ancien logo de COPA Panama.
 

MAJ 2014: on ne sait pas toujours pourquoi cet avion s’est écrasé. On ne le saura peut-être jamais. Je mets « pannes mécaniques » pour la catégorie mais c’est sans conviction.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here